Trail de l’Epine

Created with Sketch.

Trail de l’Epine

Un nouveau trail en terres savoyard m’attendait le 30 juin 2018. Sans compère pour m’accompagner, j’avais décidé de courir la plus courte distance.

 

Deux courses étaient proposées lors du trail de l’Epine,  10,4km – 300D+ et 25km – 1100D+. Toujours en reprise progressive depuis l’échec au marathon de Nantes, je m’inscrivis sur le 10km. Une belle balade d’une heure en perspective avec de beaux défis à la clé. Le premier défi passer en dessous des une heure avec 300 m de dénivelé. Le second défi, relancer efficacement après les fortes montées et ne pas marcher.

Chaud, chaud!!

Une assommante canicule m’accueil à 16h00 à la Motte Servolex, 36 °C, la chaleur et d’après le parcours de nombreux passage à 30%. Dossard retiré, je consulte mon téléphone pour suivre le match France – argentine. Le départ était prévu pour 17h15, j’ai décidé de m’échauffer 10 minutes avant le départ aux vues des fortes chaleurs.

Fin prêt et armé de mon camelbak, je me place parmi les 30 premiers coureurs aux alentours des 17h15. Les dernières consignes sont données pour cette promenade puis le top départ se fit entendre. Je suis les premiers runners dans les rue de La Motte Servolex, je pars un peu vite 3’30’’/km. Les 2 premiers kilomètres sont rapides (4’09’’ et 4’34’’ au km) et le début de de la « grimpette » se fait sentir. Le dénivelé augmente petit à petit et le plus gênant à cet instant est le soleil. Lors de la traversé de 3km dans la ville, trop peu de zones ombragées se présentent à nous. Les jambes et la tête chauffent très rapidement. Malgré les lunettes de soleil et l’hydratation, courir deviens de plus en plus dur.

 

 

 

Des conditions difficiles

Le dénivelé s’accentue, la forêt et son ombre apparaissent enfin  et nous permettent  un peu de répit. Mais la chaleur oppressante me renvoie vite à la réalité de la Course. Les 4ème et 5ème kilomètres sont les plus lents, les pentes à 30% et le corps en surchauffe me ralentissent fortement. Je ne baisse pas les bras, voyant la dernière difficulté du jour je continue mon effort lentement et vers l’avant. 455 mètre, la plus haute altitude du parcours atteinte, je redescends direction le ravitaillement. Malgré le verre de coca, la chaleur et ma soif me suivent de près. Désormais nous descendons pour rejoindre l’arrivée. En dépit de la forte pente je ne peux accélérer et mes jambes se laissent porter tranquillement. Il fait toujours aussi chaud, la forêt qui nous accompagne soulage nos corps en surchauffe.

 

 

Relive ‘Trail de l’Epine’

 

Les dernières sueurs…

La dernière côte fut grimpée au 6ème kilomètre, c’est à ce moment que des frissons m’envahissent. Une sensation désagréable qui indique ma limite tolérable à la chaleur.  La fin du parcours était identique à celle empruntée à 17h15, me permettant de gérer mon effort sous cette chaleur. Je vois enfin le stade de la Motte Servolex, j’accélère comme je peux et passe la ligne en 56’50’’.

 

A nouveau avec un verre de Coca à la main, je m’assois et profite de l’ombre pour faire cesser les frissons et  refroidir mes muscles. Une expérience intense et intéressante pour tester ces limites dans ce genre de conditions.

Rémi AUDUREAU 28ème en 56’50’’ sur 80 participants

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *