Le 5ème jour – Bridge of Orchy –> Kinlochleven

Created with Sketch.

Le chemin pavé de roches granitiques de la veille avait laissés de nombreuses marques sur nos pieds. Malgré nos corps meurtries, les paysages et le dénivelé du jour nous donnaient l’eau à la bouche. 

Gelé le matin, bronzé l’après-midi

Réveillé par la brise matinale et le bruit d’animaux sauvage, c’est un engourdissement général qui saisissait notre organisme. Des animaux sauvages grattaient le coin de notre tente, d’un petit geste de la main sur la toile, ils s’envolèrent. Un « cri de poule » était audible lors de leurs envolent, des poules en Ecosse se disait-on ?! Nous avons découvert quelques temps plus tard au musé de Glasgow que ces animaux étaient en fait des Lagopède d’Écosse. Des oiseaux de la taille et la forme d’un poulet et adaptés à l’environnement froid des Lands. Et on comprenait pourquoi ce volatil ressemblait à un poulet!

Un vent et une température glaciale régnait dehors. Le petit déjeuner fut prix exceptionnellement à l’intérieur de notre tente afin de nous réchauffer avec un bon café. Habillé chaudement avec un pantalon, une manche longue, une veste et un couvre cou nous replions notre tente.

 

Cette étape 5ème étape devait nous conduire à King House, un petit village dans une large vallée au pied des pistes de ski de  Glencoe. Bien entendu nous étions en avance sur notre itinéraire prévu et pensions nous arrêter à la ville de Altnafeadh ou à Kinlochleven si les jambes le voulaient.

Toujours douloureux en début de randonnée, nos talons et autres douleurs n’étaient pas notre plus grande préoccupation. Le froid ambiant combiné au vent et les routes pavées de granite ne nous aidaient pas à avancer en ce jour. Malgré le temps couvert, la vue des montagnes enneigées mêlé aux nuages nous rappelait à quel point l’Ecosse est magnifique .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un décor de rêve 

Le ciel se découvrait petit à petit, nous apercevions une rivière où juste à côté une tente était plantée. C’est à ce moment que nous avons rattrapé notre ami Ecossait de la veille, parti quelques heures avant nous. Après quelques échanges concernant la nuit passée et le sympathique paysage, nous repartîmes de bonne humeur. C’est assez fou à quel point les Ecossaient sont sympathiques et peuvent vous redonner le moral malgré ce temps morose. Lors de cette matinée le dénivelé était bien présent, 270m de dénivelé positif nous attendait sur les 7 premiers kilomètres. Un paysage magnifique nous accompagnait lors de notre ascension, grâce à notre ascension nous découvrions large une plaine ornée de nombreux Lochs et rivières. De plus les couleurs vertes de l’herbe et les rayons du soleil perçant les nuages nous donnaient l’impression de faire partie de la communauté de l’anneau. Cette ambiance était véritablement digne du seigneur des anneaux, immortalisant ces moments nous commencions déjà notre descente vers la ville de King House.

Une descente de 2,5km avec des passages à -10.5%, de plus le vent forcissait une fois passé l’autre côté de la vallée. Nous apercevions au loin la station de ski de Glencoe fermée en cette saison mais nous décidions d’y faire une halte afin de se réchauffer avec un bon café. Quelques biscuits plus tard nous reprenions notre route, se fut de courte durée. Vingt minutes plus tard nous étions arrivés au village de King House, composé d’un hôtel, d’un petit restaurant et d’une vue splendide sur les montagnes. Edouard et moi-même ne pensions pas trainer ici mais une rencontre surprenante nous y obligea. Une grande surprise pour nous amateur de la faune et la flore, une rencontre avec un cervidé local.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

What else ?

Un Cervus elaphus scoticus mâle et femelle nous attendait non loin du village. Un cervidé très connu en Ecosse notamment par le tableau The Monarch of the Glen d’Edwin Landseer. Le tableau représentant un cerf d’Ecosse paint à l’huile et visible à la galerie national d’Ecosse (Edinburg).

Une chance pour nous de pouvoir les caresser et de les photographier !

Repartie pour de bon cette fois nous longeons la route A82 direction Kinlochleven. Habitué depuis le début nous enjambons les barrières de bois de la West Highland Way. Durant notre épopée ces barrières nous ont accompagnés, elles sont présentes afin de limiter le passage d’animaux ou de troupeaux hors des pâturages ou des parcs régionaux d’Ecosse. Il en existe une multitude sur  les chemins de randonnée Ecossait et d’une diversité impressionnante.

Les marches du diables

Marchant tranquillement vers la seule difficulté du jour, nous rencontrons un groupe français voyageant en Ecosse. Nous discutons plusieurs minutes avec le guide lui expliquant notre périple et quelques aspects techniques (chaussures, vêtements, bivouac…). Les premiers français rencontrés jusque-là, ils randonnaient direction les marches du « Diable ». Les marches du « Diable » ce disait-on?! En fait il s’agissait de la dernière difficulté du jour, 350m de dénivelé en 3km et avec nos sacs de 20kg sur le dos.  Un défi bien plus simple que nous le pensions, les pentes étaient raides et rocheuses mais nous montions. Petit pas par petit pas, nous escaladions ce rocher sous un superbe soleil et une température de 20 degrés environ !! Plus nousavancions et plus de gros blocs de roches rougeâtres (du granite) jonchaient le chemin. En effet lors des derniers kilomètres nous marchions sur des marches entièrement rocheuses et rouge d’où le nom des marches du « Diable ».

Après quelques gouttes de sueur nous arrivons au sommet, une aridité d’une rougeur rare avec un panorama sublime sur la vallée de Kinlochleven. Une arrivée au sommet à point nommé, nos ventres gargouillaient à l’idée de manger notre ultime ration de survie. Une pause déjeuné d’une heure et demi environ avec quelques clichées de la vue et surtout une time laps. Une fois le ventre vide nous entamions la descente destination Kinlochleven.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The last stop

Le soleil guidait nos pas en début d’après-midi, cette lumière nous permettait d’observer au loin le Blackwater Reservoir. Le panorama devant nos yeux nous montrait ce que l’ultime étape de la West Highland Way nous réservait. Une belle montagne surplombait notre ville étape du jour et d’après notre itinéraire du lendemain nous y passerons sans aucun doute. La descente fut longue de 8km environ, lentement mais surement nous sommes arrivées à Kinlochleven. Il était 16h45, la randonnée était terminée et à ce moment un bar !! En avance comme depuis le début de ce voyage nous nous décidions à prendre quelques pintes avant de trouver notre refuge pour la nuit. Après s’être « altéré » nous sommes allés faire quelques courses pour notre dernier repas sur la West Highland Way.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The last night

Une rivière plus tard nous étions installés, une herbe fraiche et le bruit de l’eau nous accompagnait lors de notre repos. Toujours douloureux nous enlevions nos chaussettes afin de faire respirer nos ampoules. Elles étaient toujours vives et loin d’être cicatrisées et là nous vies une surprise. Des tiques montaient en nombres sur nos jambes, une dizaine pour Edouard et 5 ou 6 pour ma part. C’est à ce moment que nous avons compris que l’herbe en était envahie, ils montaient même sur la toile de tente !!  Nous avions décidé pour cette soirée de restée manger dans notre tente. La musique dans les oreilles et quelques SMS nous nous sommes endormies paisiblement.