Le 2ème jour – Drymen –> Rowardennan

Created with Sketch.

Après une première journée mouvementée, oublie de la bouteille de gaz, douleurs dorsales… l’Ecosse nous réserve encore de nombreuses surprises notamment lors de l’étape Drymen –> Rowardennan.

 

Drymen –> Rowardennan

Réveillé par la lumière du jour, nous décidons de nous lever. Intrigué je regarde ma montre et constate avec surprise qu’il n’est que 6h. Un petit déjeuné accompagné de chocolat et de biscuits Belvita nous replions notre tente et toutes nos affaires. Les ampoules contractées la veille ne nous gênent pas en ce début de journée mais lors de ce début de monté l’arrière de mon genou me gênait quelque peu. Un petit tiraillement de mon tendon se faisait sentir.

Bien couvert par cette matinée fraiche, c’est le soleil en personne qui nous guide à travers la forêt et les prairies. The Garadhban Forest  nous fait grimper sur les hauteurs et nous permis d’entre voir le début du célèbre Loch Lomond. En dépit de la lourdeur de nos sacs, le dénivelé progressif de la randonnée ne nous ralentit pas. Plus nous avançons et plus le paysage ce dérobe sous nos yeux. Les arbres ce font de plus en plus rares et seul des herbes longues tapissent le paysage. Un paysage « désertique » nous faisait face, contrairement à ce matin le soleil nous réchauffait et nous avancions bien plus rapidement que prévu. Le dénivelé augmentait au fur et à mesure et nous apercevions le sommet de la montagne.

Conic Hill

Malgré la douleur de nos épaules le défi qui se trouvait devant nous fut avalé rapidement. En effet aux alentours de 11h00 nous avions gravie Conic Hill. Un sommet culminant à 361m et un point de vue superbe qui nous montrait à quel point le Loch Lomond était vaste. Nous étions surpris devant cette splendeur surtout avec le reflet du soleil sur l’eau et le bleu infini du ciel. Le panorama qui se tenait devant nous, nous incitât à nous pauser quelques instants. Une pause « casse-croute », un selfie et quelques photographies plus tard nous repartions de bon cœur en direction de Balmaha. Lors de la descente Edouard lui avait mal à son mollet et sentait le début d’une périostite habituel chez lui.

Balmaha

Balmaha, une charmante petite ville où nous rencontrions « beaucoup » de touristes, oui « beaucoup » je veux dire par là une trentaine environ. Effectivement nous croisons en cette saison très peu de randonneurs. Cette petite « ville » nous permis de trouver une bouteille de gaz tant attendu pour notre réchaud. Nous en avons profité pour faire quelques courses : des barres de chocolat, une bouteille du soda local la Irn-Bru, des barres de protéine et surtout du bœuf séché. La Irn-Bru est le soda Ecossait typique. Il change du coca classique en terme de gout même si certains lui trouverons un gout de médicament. Il était midi passé et nos ventres commençaient à gargouiller à l’idée d’avoir un repas chaud pour midi.

Enjoy your meal !!

Une table de pique-nique près du Loch Lomond nous fit un appel du pied. Le dos soulagé après avoir posé nos sacs, nous partions à la recherche d’eau pour remplir nos gourdes. Le café de ce matin ainsi qu’une bonne hydratation lors de notre marche avaient vidés nos réserves en eau. Bien gentiment, les commerçants de Balmaha nous indiquaient un point de ravitaillement.

Enfin posé sur notre table nous enlevons nos chaussettes afin de faire respirer nos pieds et nos ampoules qui grossies à vue d’œil. Le réchaud en marche nous choisissons chacun une de nos de rations de « survie » (déshydraté) de chez Décathlon. Nous en avions 3 chacun dans nos sacs, pour ma part ce fut la purée de pomme de terre avec du bœuf et pour Edouard des pâtes bolognaises. Du pain « Elfique » (azyme) en guise d’apéro en attendant que l’eau chauffe, nous remplissions nos rations comme indiqué sur le paquet puis nous attendions 5 minutes et le repas était prèt. Une gorgée de Irn-Bru et quelques cuillerées plus tard les rations étaient mangées et comme dessert du chocolat nous attendait.

La marche repris aux alentours des 13h30 en direction de Rowardennan. La digestion en court nous reprenons notre marche tranquillement mais à froid les cloques de nos pieds nous font souffrir. Après vingt bonnes minutes nos organismes sont de nouveaux chauds et les douleurs s’estompent. L’alternance de plages rocailleuses et sableuses au bord du loch est magnifique. Les clichés fusent et je profite de ce temps radieux pour immortaliser ces moments avec ma Gopro.

Rowardennan

Ravi de cette seconde journée de randonnée, nous arrivons à Rowardennan à 16h30. Le soleil se couchant tard dans ces contrée, nous décidons de continuer notre marche quelques kilomètres de plus. Cette fin de journée nous permis de rencontrer dans une auberge de gentils Ecossais. Ces personnes nous remplirent nos gourdes et nous expliquaient pour quoi l’eau des lochs n’était pas consommable. En effet l’eau stagnante des lochs était impropre à la consommation humaine. En effet elle contenait beaucoup d’insectes et de petites larves. On aura beau faire bouillir de l’eau ou mettre des cachés stérilisant, l’eau restera non potable.

 

La fin de journée approchant, nous trouvons un coin reculé pour camper, sur une hauteur surplombant une plage de galet. La tente plantée et les matelas prèt, nous profitons de cette fin après midi pour nous reposer sur la plage. Mon trépied en place, mon reflex dans la main et ma Gopro allumée, je prends de nombreuses photos et ma première time laps de cette épopée. A 20h00 nos dégustons des nouilles japonaises aux crevettes grâce à notre réchaud et nous terminons le repas avec des fruits secs. Les écouteurs dans les oreilles et le cerveau baignant dans des flots de paysages observés dans la journée, nous nous endormons vers 21h30 en dépit des rayons de soleil toujours présent.