Le 1er jour – Minglavie –> Drymen

Created with Sketch.

 

Parti le samedi soir de Nantes, nous sommes arrivés vers 0h00 heure Écossaise à Glasgow. Nos premiers mots en anglais afin de retrouver nos bagages et nous étions arrivé à notre hôtel, c’est ici que notre aventure démarra…

 

The First Day

Levé aux aurores, nous quittons l’hôtel le ventre rempli et plein d’entrain. Nous prenons le bus de l’aéroport direction Glasgow centre pour y faire nos derniers achats. Les premières sensations sont bonnes nous trouvons une pharmacie ouverte dans un centre commercial et nous procurons le répulsif à midges.

Les midges qui sont-ils ? Les midges ou Culicoides impunctatus sont des petits moucherons plus petits que les moustiques et très voraces. Ces insectes adorent les coins ombragés humides et à l’abri du vent et se déplacent en essaim.

Fin prêt pour notre périple, nous nous rendons à la gare routière de Glasgow et attendons le bus pour Minglavie, la première étape de la West Highland Way. Nous arrivons aux alentours de 11h50 à Minglavie, c’est à ce moment que nous nous rendons compte d’un énorme oublie… la bouteille de gaz pour le réchaud !! Malgré de nombreuses recherches notre quête fut vaine, et oui nous sommes dimanche. Ici comme en France, les commerçants ne travaillent pas le dimanche excepté dans les grandes villes.

Une mésaventure parmi d’autres, nous arrivons au début de la West Highland Way vers 14h00, la célèbre stèle de départ en vue. Midi et des poussières nous nous élançons sur le chemin direction Drymen. Plein d’entrain nous savourons nos premier pas en terres Ecossaises, nous longeons le Mugdock Country Park de Minglavie. Un jolie parc boisé avec de jolie étang et que beaucoup de runners empruntent lors de leurs sorties.

 

The beginning

Nous quittons définitivement « la ville » et marchons dorénavant dans les Highlands ou la seul musique perceptible est celle des oiseaux accompagnés d’un magnifique soleil. Nous marchons sur un bon rythme, nous admirons le paysage, les collines verdoyantes, un chemin qui se perd dans l’horizon. Les kilomètres passent si vites qu’à la moitié de cette première étape je commence à avoir mal aux épaule.

Des début poussifs…

La vingtaine de kilos sur mon dos ont pour effet de lacérer mes épaules par le biais des bretelles de mon sac. La pause déjeuné, une excellente idée afin de soulager nos épaules après 2 heures de marche. Un peu de pain « elfique » selon Edouard, non plus sérieusement du pain azyme, un pain qui a été cuit mais sans levain. L’avantage de ce pain est simple, sans levain celui-ci est resté plat et ne prend peu de place et en plus il garde les mêmes valeurs nutritive qu’un pain classique. Puis pour finir ce repas nous engouffrons une tablette de chocolat en compagnie d’un bon café chaud.

Nous reprenons nos sacs et avec l’aide d’Edouard, je réajuste les sangles de mon sac pour trouver le meilleur équilibre. Mais les douleurs sont toujours présentes, nous décidons avec Edouard d’alterner les sacs et constate lui aussi le souci des bretelles. Deux kilomètre plus tard, nous apercevons de nombreux lac, un magnifique spectacle surtout avec ce soleil.

Après l’effort le réconfort!!

Après quasiment 5h de marche et des douleurs aux épaules, nous arrivons à la fin de cette 1ère étape dans la ville de Drymen. Un petit village fort sympathique, avec notamment un petit magasin d’alimentation. Nous en avons profité pour acheter quelques denrées alimentaires mais malheureusement les bouteilles de gaz vendues ne correspondaient pas à notre réchaud. Un bar/ restaurant en face du magasin nous sauva la mise pour ce 1er repas Écossais. Mais avant tout il fallait trouver un coin sympa pour planter notre tente. Cet objectif en tête nous continuions notre marche pendant quelques minutes. Une forêt en vue, nous nous arrêtons à l’entrée de la forêt, non loin du village.

L’emplacement du bivouac est important, il faut garder en tête 3 règles pour avoir un confort maximal.

Tout d’abord ne pas camper près d’un cours d’eau ou d’un étang. Pourquoi ?

La nuit est la période où les animaux sont les plus actifs et donc un cours d’eau est un point de rassemblement pour eux afin de s’hydrater.

Deuxième conseils, il faut un endroit abrité du vent. En effet vous aurez beau avoir des sardines pour votre tente dans un pays comme l’Ecosse cela ne n’empêchera pas votre tente de s’envoler. De plus être à l’abri du vent permettra pas la même occasion de faire ça cuisine. Le réchaud pourras être au maximum de ces capacités, la cuisine ne chauffera pas (expérience déjà vécue) et par la même occasion sans vent votre nuit sera plus agréable.

Enfin dernier conseil, installer le campement sur un terrain plat sans trop de racines. Vous éviterez de passer la nuit à glisser de votre matelas ou d’avoir un mal de dos le matin.

The first night

Enfin installé nous prenons le temps de nous dégourdir les jambes et les épaules bien crispées après ce début d’aventure. En enlevant nos chaussettes, Edouard et moi remarquons des débuts d’ampoule sur nos pieds. Rien de tout cela ne pouvait entamer notre enthousiasme lors de cette soirée, revenu au village nous prenons une table au bar. Une bière plus tard, nous dégustions un excellent burger composé d’un steak d’Highland (vache typique d’Ecosse). C’est avec ma panse bien remplis que s’achevait cette première journée de marche. De retour à notre camp de base, nous nous sommes affalés sur notre matelas et malgré les lueurs du soleil le sommeil nous emporta de bonne heure.